soupe


soupe

soupe [ sup ] n. f.
sope XIIe; bas lat. d'o. germ. suppa
1Vx Tranche de pain que l'on arrose de bouillon, de lait... Tailler, tremper une soupe. Mod. Loc. Être trempé comme une soupe, complètement trempé (par la pluie).
(it. zuppa inglese) Soupe anglaise : gâteau servi avec une crème.
2(mil. XIVe) Potage ou bouillon épaissi par des tranches de pain ou des aliments solides non passés. bortsch, garbure, gaspacho, minestrone, panade, tourin. Soupe aux choux, soupe à l'oignon. Soupe de légumes. « Une assiettée de cette soupe au thym, dans laquelle les cuisinières flamandes [...] mettent de petites boules de viande » (Balzac). Par ext. Potage, bouillon. Soupe instantanée, en sachet. Cuillère à soupe. Loc. Monter comme une soupe au lait : se mettre vite et facilement en colère. C'est une soupe au lait, il est soupe au lait : il est irascible. — Cela vient comme un cheveu sur la soupe. Marchand de soupe. Fam. Un gros plein de soupe : un homme, un enfant très gros. Manger la soupe sur la tête de qqn. La soupe à la grimace. PROV. C'est dans les vieux pots qu'on fait les bonnes soupes.
Soupe épaisse constituant le plat unique dans certaines communautés (armée, prison...). rata. « Les roulantes distribuaient la soupe » (Carco). Fam. Nourriture, repas. Préparer la soupe. À la soupe ! à table ! — Soupe populaire, servie aux indigents. Par ext. Aller à la soupe populaire, au local où on sert cette soupe.
Loc. fig. et fam. Cracher dans la soupe : affecter de mépriser ce dont on tire avantage, critiquer ce qui procure des moyens d'existence. Par ici la bonne soupe ! à moi, à nous l'argent, le bénéfice. Servir la soupe à qqn, lui servir de faire-valoir. Aller à la soupe : profiter d'une source d'argent, sans se soucier de sa provenance.
3Arg. milit. Explosif.
4(1926) Neige saturée d'eau.
5(1976) Biol. Soupe biologique, primitive, primordiale : milieu liquide dans lequel se seraient formées les premières cellules vivantes.

soupe nom féminin (bas latin suppa, du germanique suppa) Potage ou bouillon servi sur des tranches de pain. Nom donné couramment au potage. Familier. Neige qui fond, trop molle pour skier. ● soupe (citations) nom féminin (bas latin suppa, du germanique suppa) Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière Paris 1622-Paris 1673 Je vis de bonne soupe, et non de beau langage. Les Femmes savantes, II, 7, Chrysale soupe (difficultés) nom féminin (bas latin suppa, du germanique suppa) Sens 1. Pris au sens strict, les deux mots ne sont pas synonymes : potage n.m. = bouillon à base de légumes, de viandes, etc., assez liquide ; soupe n.f. = bouillon épaissi avec des tranches de pain ou des légumes non passés. 2. Au sens large, on ne fait plus guère cette distinction de sens et la différence entre les deux mots tient surtout aujourd'hui à leur emploi : soupe est plus courant, potage plus soutenu. → potagesoupe (expressions) nom féminin (bas latin suppa, du germanique suppa) À la soupe !, à table ! Familier. Aller à la soupe, venir chercher l'argent là où on l'offre, sans se soucier de son origine. Être soupe au lait, être sujet à de brusques colères qui durent peu de temps. Familier. Gros plein de soupe, se dit de quelqu'un très gros. Familier. Marchand de soupe, restaurateur peu scrupuleux sur la qualité des repas. Servir la soupe, agir dans l'intérêt de quelqu'un, par complaisance ou maladresse. Soupe populaire, organisme charitable qui distribue des repas gratuits aux indigents. Tremper la soupe, verser le bouillon sur les tranches de pain.

soupe
n. f.
d1./d Potage fait de bouillon, de légumes, etc.
|| Loc. fig. être soupe au lait: se mettre facilement en colère.
(Québec) Sentir la soupe chaude: pressentir des ennuis.
d2./d Repas du soldat. Corvée de soupe.
|| Soupe populaire: repas gratuit servi aux indigents.
d3./d (Afr. subsah.) Sauce liquide et grasse d'un plat de poisson ou de viande.
d4./d (Madag.) Soupe chinoise: soupe servie, à l'heure du petit déjeuner, dans certains restaurants chinois.
Par ext. Restaurant chinois bon marché.
d5./d Didac. Soupe primitive: milieu liquide qui aurait permis l'apparition de la vie sur la Terre.

⇒SOUPE, subst. fém.
A. — Vieilli. Tranche de pain arrosée de bouillon chaud ou parfois de lait, de vin. Mettez deux ou trois soupes dans ce bouillon (Ac. 1798-1878). On servait des tasses de vin et les convives y trempaient des tranches de pain, qu'on appelait des soupes (FRANCE, J. d'Arc, t. 1, 1908, p. 404).
1. Expressions
Région. Soupe dorée. Dessert composé de tranches de pain trempées dans du lait chaud puis dans des œufs battus, dorées à la poêle avec du beurre et sucrées. Synon. pain perdu. Personne ne réussit comme elle les friandises de son pays, si expressivement dénommées: la soupe dorée, le milliard ou la farinade (BOURGET, Monique, 1902, p. 24). Le dimanche des brandons, où l'on mange les soupes dorées et où l'on saute les fougats, qui sont de beaux grands feux de joie (POURRAT, Gaspard, 1922, p. 21).
Soupe au vin; soupe de/à perroquet. Pain coupé en tranches et trempé dans du vin. D'autres fois, quand elle avait du vin, elle se payait une trempette, une vraie soupe de perroquet (ZOLA, Assommoir, 1877, p. 752). Les chevaliers aimaient particulièrement la soupe au vin (Gdes heures cuis. fr., Éluard Valette, 1964, p. 247).
2. Locutions
Tailler la soupe. Couper du pain en tranches pour le bouillon ou la soupe. Elle alluma le feu, tailla la soupe, posa les assiettes sur la table (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Père Amable, 1886, p. 227). J'avais encore la charge du ménage, lavais la vaisselle, récurais les casseroles, pelais les pommes de terre, taillais la soupe (GUÉHENNO, Journal homme 40 ans, 1934, p. 66).
Tremper la soupe. Verser le liquide sur les tranches de pain; mettre les tranches de pain dans le liquide quelques minutes avant de servir. Il s'assit de coin sur le banc, tira un croûton, demanda si on pourrait lui tremper la soupe (POURRAT, Gaspard, 1930, p. 59).
Arg., vieilli. Tremper la soupe à qqn. Battre, rosser quelqu'un. V. girofletter rem. s.v. giroflée ex.
3. [Dans des compar.]
Vieilli. Boire comme des soupes, (être) ivre comme une soupe. Être ivre. Vous avez dû boire tous comme des soupes (...). Mais l'autre de jurer ses grands dieux. Il avait bien entendu ce qu'il avait entendu, peut-être! — Ah! j'ai rêvé? Ah, j'ai dû boire un coup de trop? (POURRAT, Gaspard, 1922, p. 72).
(Être) mouillé, trempé comme une soupe, des soupes. Être complètement mouillé. Ils se tirèrent de l'eau en jurant, déconfits, trempés comme des soupes (QUEFFÉLEC, Recteur, 1944, p. 107).
B. — Bouillon de légumes, de viandes, etc., généralement non passé et accompagné de pain ou de pâtes, que l'on sert au début du repas ou en plat unique. Synon. potage. Soupe aux choux, aux/de légumes; apporter, faire la soupe; avaler, manger la soupe. La bonne soupe d'Arsule, une pleine écuellée que les bords en étaient baveux, puis encore une, avec tous les légumes entiers, avec les poireaux blancs comme des poissons et des pommes de terre fondantes, et les carottes, et tout le goût que ça laisse dans la bouche (GIONO, Regain, 1930, p. 223). V. manger1 ex. 4:
... ils ne mangent pas (...) la soupe de tous les jours, une soupe ordinaire, une soupe d'écuelle, aux choux, au saindoux et au pain bis. Non; c'est un souper de cérémonie, qu'on mange dans des assiettes. La soupe est faite de miche; elle renferme aussi du lait, du beurre, des pommes de terre et des raves qui vont bien ensemble, et du fromage gras.
MALÈGUE, Augustin, t. 1, 1933, p. 45.
P. méton. Moment du repas où on mange la soupe. Au dîner, Sardou (...) prend la parole à la soupe et jacasse jusqu'au dessert (GONCOURT, Journal, 1888, p. 788).
Soupe grasse. Soupe dans laquelle a cuit de la viande. Padoie servit la soupe, de la soupe grasse. C'était jour de pot-au-feu (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Soirée, 1887, p. 584).
Soupe maigre. Soupe à base de bouillon de légumes. Ma maîtresse dit d'une soupe maigre, très maigre, qu'elle vient de manger chez une amie: « Il faudrait un fier maître d'armes pour crever les yeux à ce bouillon-là! » (GONCOURT, Journal, 1859, p. 665).
Soupe Rumford, à la Rumford, économique (vieilli). Soupe nourrissante à base de légumes secs dont le comte de Rumford fit usage pour les indigents. [La France] éconduit tous les inventeurs (...) puis elle revendique tout après coup, même les bagatelles comme la soupe Rumford (FOURIER, Nouv. monde industr., 1830, p. 58). Établissemens où l'on prépare des soupes économiques (SAY, Écon. pol., 1832, p. 451).
Cuiller à soupe. V. cuiller A 1.
SYNT. Soupe chaude, épaisse, fumante, gratinée, mitonnée, succulente; soupe au fromage, au lait, au lard, à l'oignon, aux orties, à l'oseille, au pain, au poisson, aux pâtes, au pistou, aux poireaux et aux pommes de terre, au riz; la soupe bout, cuit, embaume, fume, mijote; assiette, cuillère à soupe; assiette, assiettée, bol, cuillerée, écuelle, louche de soupe; faire cuire, préparer, servir la soupe.
1. Expr. et loc.
S'emporter, monter comme une soupe au lait, (être) soupe au lait. V. lait I B 2 a.
Soupe (au caillou, à la pierre). [P. allus. à une histoire paysanne mentionnée par BALZAC, Le Médecin de campagne, 1833, p. 36, dans laquelle un homme rusé pique la curiosité d'un paysan en annonçant qu'il fait la soupe avec une pierre jetée dans l'eau bouillante et obtient un à un les ingrédients nécessaires à sa confection] Sorcier, dit Gaspard, il s'en faut de tout! Mais j'ai un secret pour faire d'un pavé la soupe à la soldate (POURRAT, Gaspard, 1925, p. 242). Vous avez tous certainement entendu parler au régiment de cette histoire qu'on appelle la soupe à la pierre. Des militaires arrivent au cantonnement chez un paysan autant avaricieux que naïf. Pas à compter sur lui pour repaître l'escouade. Qu'à cela ne tienne! La soupe à la pierre va jouer son rôle (CLAUDEL, Soulier, 1944, épil., 1, p. 1085).
Soupe de maçon, de mortier, (en compos.) soupe-mortier. Soupe épaisse et consistante. Au dessert, après les grands carrés de gruyère et la soupe-mortier (ARNOUX, Rhône, 1944, p. 13).
Soupe à la grimace, soupe aux larmes (au fig.). Repas pris en face d'un convive, d'un conjoint qui boude, s'attriste, manifeste une très mauvaise humeur. Partout à Londres, c'est comme une soupe aux larmes (CARCO, Innoc., 1916, p. 40).
Gros plein de soupe. V. plein I D 1 a.
Bouder sa soupe (vieilli). N'avoir pas d'appétit. (Ds ROB., Lar. Lang. fr.).
Manger de la soupe (pour grandir); refuser de manger sa soupe. Jusqu'à présent, les leçons de docilité m'avaient paru indispensables, adressées à des enfants de deux à sept ans. Quoi de plus naturel? « (...) — Mange ta soupe comme papa (...) » (FRAPIÉ, Maternelle, 1904, p. 114). P. plaisant. V. avion ex. 7.
Manger la soupe sur la tête de qqn. V. manger1 A 1.
Cracher dans la soupe. Critiquer vivement ce qui permet de vivre, assure la subsistance. Fous le camp, Mirouette! Fais-lui foutre le camp, Louis! Croit-il que pour avoir bu avec moi il ait le droit de cracher dans ma soupe? (BERNANOS, M. Ouine, 1943, p. 1432). « (...) Non, je n'aime pas ceux qui prennent plaisir à cracher dans la soupe. — Ah, moi non plus! » ai-je dit alors, révolté par cette image. « Vous non plus, je le sais. C'est pour cela que nous nous voyons. Et puis, vous l'avez remarqué, c'est toujours dans la soupe des autres... » (GREEN, Journal, 1949, p. 243).
2. [Dans des adages et proverbes]
♦ [Pour faire passer les convives à table] Vieilli. On ne fait pas attendre la soupe et le roi. Messieurs, dit Brigitte, la soupe et le roi ne doivent pas attendre: la main aux dames! (BALZAC, Pts bourg., 1850, p. 107).
♦ [Exprimant la valeur des pers. ou des choses ayant fait un long usage] Un homme riait: « Elle est vieille, je dis pas, mais des fois, c'est dans les vieilles marmites qu'on fait les meilleures soupes » (CAMUS, Env. et endr., 1937, p. 46).
,,Il a un œil sur la soupe et l'autre sur le potage. Il louche`` (GUILL. Orig. gourmande 1986, p. 251).
3. INDUSTR. ALIM. Préparation permettant d'obtenir des soupes par addition d'eau et cuisson rapide ou réchauffage. Soupe minute. Soupes condensées en boîte métallique, soupes déshydratées en sachet métallique ou en étui de carton (Que choisir? 1976, n ° 103, p. 10). C'est de la soupe aux choux, mon gars. De la vraie, pas en boîte ou en sachet (FALLET, La Soupe aux choux, Paris, Denoël, 1980, p. 76).
Rem. Soupe se distingue de son synon. potage par l'adjonction de pain et par sa consistance plus épaisse. De fait, cette distinction n'existe pas toujours: potage est un terme plus élégant et soupe a une connotation plus fam. évoquant les repas paysans ou familiaux.
C. — P. méton.
1. [En tant que symbole de la nourriture, de la subsistance; p. réf. au fait que la soupe constituait un aliment de base et un plat unique] Nourriture, repas. C'est l'heure de la soupe; rentrer pour la soupe. Ils chantaient à l'idée qu'ils partaient travailler. À onze heures ils chantaient en allant à la soupe (PÉGUY, Argent, 1913, p. 1104). Je me louerai alentour, on gagnera la soupe (GIONO, Baumugnes, 1929, p. 183).
Fam. À la soupe! À table. « Maintenant, petite fille, à la soupe! » Prestement, Alfreda rassembla les papiers épars, et les rangea dans la serviette (MARTIN DU G., Thib., Été 14, 1936, p. 67). [Dans une formule d'invitation] Inviter à manger la soupe. Inviter à dîner. Venez manger la soupe chez moi. Lambert: L'hospitalité est une vertu de race. Fourchevif: Et je sais la pratiquer! Voulez-vous nous faire l'amitié de manger la soupe avec nous? Lambert: La soupe? Fourchevif: Non, de dîner avec nous (LABICHE, Fourchevif, 1859, 7, p. 401).
Au fig. Marchand de soupe. V. marchand I B 2 f.
La soupe et la paille, la soupe et le coucher, la soupe et le lit (vieilli). Le gîte et le couvert. Vu qu'il est sans femme, le pauvre, fit entendre la campagnarde, reprenant la conversation interrompue, nous lui donnerons la soupe et le coucher (CHÂTEAUBRIANT, Lourdines, 1911, p. 252).
2. En partic.
a) Soupe épaisse constituant le repas du soldat. La soupe et le rata. Sulphart ayant posé sa brochette de boules et son plat de rata, alla de trou en trou. — À la soupe, les gars, criait-il (DORGELÈS, Croix de bois, 1919, p. 256). Près d'une meule, une cuisine roulante distribue la soupe. Tintements de gamelles, cris, discussions, bourdonnement d'essaim (MARTIN DU G., Thib., Été 14, 1936, p. 743).
P. méton. Ce repas. Sonner la soupe (au clairon); corvée de soupe. Le menu est strictement militaire: la soupe est sonnée comme à la caserne, un rata de mouton reçoit le meilleur accueil (BARRÈS, Cahiers, t. 10, 1913, p. 86).
Proverbe. La soupe fait le soldat. ,,On ne peut rien tirer d'un soldat qui est mal nourri`` (Ac. 1935). P. ext. On ne peut obtenir d'efforts d'une personne que si on la traite bien. (Dict. XIXe et XXe s.).
[P. allus. à la question que les pers. officielles posent aux soldats en visitant les casernes] La soupe est bonne? Est-ce que tout va bien? (d'apr. GUILL. Orig. gourmande 1986, p. 251).
b) P. méton. Soupe populaire. Établissement, organisme chargé de distribuer et de servir des soupes chaudes, des repas gratuits aux indigents. Le long des murs, une centaine de trimardeurs attendent en file indienne, comme à l'entrée d'une soupe populaire (MARTIN DU G., J. Barois, 1913, p. 372). Il dirige une soupe populaire au XVIe, qui lui fait voir d'un mauvais œil l'œuvre parallèle de la mairie (GIDE, Journal, 1914, p. 474).
c) Au fig., fam. Avantage, profit. Être à la soupe de qqn, aller à la soupe de qqn. Se rallier à un pouvoir politique en place dans le seul but d'en tirer des avantages. Et pourtant, cet homme, que même ses adversaires politiques couvraient de louanges, cet ex-bourgmestre de Berlin, ancien dirigeant de l'Église luthérienne, a lui aussi été à la soupe de chez Flick (Libération, 23 oct. 1984, p. 5). « L'entourage de Le Pen est corrompu et détraqué », a déclaré Jacques Médecin au Quotidien, « Les amis de Le Pen ne sont jamais allés à la soupe. Tout le monde ne peut en dire autant chez Médecin », a répondu Jean-Pierre Stirbois (L'Événement du jeudi, 5 déc. 1985, p. 19, col. 3 ds BERNET-RÉZEAU 1989).
Pop. Par ici la bonne soupe! (REY-CHANTR. Expr. 1979) ,,À moi (à nous) l'argent, le bénéfice`` (REY-CHANTR. Expr. 1979). Dans sa cabane, le chiffonnier Tartapoul (...) fourrait dans un sac à charbon les saletés à fourguer (...) un collier (probablement en toc), un miroir à main, une grosse pierre (sûrement pas précieuse, sinon ce serait la planète renversée), un truc qui ressemblait vaguement à un cliché d'imprimerie..., etc., etc., etc., par ici la bonne soupe (P. SINIAC, Si jamais tu m'entubes, 1974, p. 249).
D. — P. anal. Substance liquide, semi-liquide ou pâteuse à consistance de soupe. Ils soulevaient des bonbonnes de verre, ils vidaient des liquides dans des baquets; ils brassaient cette soupe avec des bâtons, puis ils allaient la verser à pleins seaux sur la croupe des chevaux (GIONO, Gd troupeau, 1931, p. 192).
1. Fourrage vert ou sec, trempé dans de l'eau et dont on se sert pour engraisser le bétail (d'apr. FÉN. 1970).
2. TECHNOL. Mélange liquide utilisé pour colorer ou ranimer les couleurs. On le lave (...) [l'or] dans une soupe bleu turquoise (...). Il fonce. L'ouvrier s'obstine, de soupe en soupe, de bain de sable en bain de cendre, jusqu'à ce qu'il retrouve sa couleur jaune (COCTEAU, Maalesh, 1949, p. 69).
Soupe au vin, en vin (vieilli). Couleur rouge. Au masc. On peut employer la laque avec succès pour le soupe au vin (BERTHOLLET, Art teint., t. 2, 1804, p. 205).
3. SKI. Neige molle et mouillée. Les mordus de la « fraîche » trouveront, entre 7 heures du matin et 14 heures toutes les conditions possibles de neige, de la neige gelée, pendant les premières heures de la matinée, à la « soupe » presque inskiable du début d'après-midi (Le Monde loisirs, 22 juin 1985, p. III, col. 1).
4. GÉOL., BIOL. Soupe biologique, soupe primordiale. Milieu constitué dans les mers et les lagunes il y a des milliards d'années et dans lequel les premières cellules vivantes auraient pris naissance. Aujourd'hui, ce qu'on imagine, (...) c'est ce qu'on a appelé la « Soupe biologique primordiale » (...). Ce sont de tels composés qui, accumulés dans les mers ou les lagunes, auraient transformé l'eau en une « soupe biologique », au sein de laquelle se seraient formées les premières cellules vivantes (Sc. et Avenir, mai 1976, n ° 330, p. 380 ds Clé Mots).
5. Pop. Explosif pâteux. (Dict. XXe s.).
REM. Sousoupe, subst. fém., fam., synon. [Avec redoublement hypocor. de la 1re syll.] Le médecin [à Toto]: Et tu as bon appétit, ce matin? Mangerais-tu volontiers une petite sousoupe? (COURTELINE, Vie mén., Pt malade, 1891, p. 149).
Prononc. et Orth.:. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1200 « tranche de pain que l'on arrose de bouillon de lait » (Renaut de Montauban, 378, 16 ds T.-L.); b) ) ca 1260 taillier des soupes (Ménestrel Reims, 280, ibid.); 1701 tailler la soupe (FUR., s.v. tailler); ) 1664 tremper la soupe (J. LORET, Muze hist., Lettre du 7 juin, 288, éd. Ch. L. Livet, t. 4, p. 209); c) ) 1752 mouillé comme une soupe (Trév.); ) 1783 trempé comme une soupe (MERCIER, Tableau de Paris, t. 5, p. 116); 2. a) 1310-40 « potage ou bouillon épaissi par des tranches de pain ou des aliments solides non passés » (JEAN DE CONDÉ, Dits et Contes, éd. A. Scheler, t. 3, p. 186, 167: soupe ès pois); b) 1672 symbole de la nourriture simple et substantielle (MOLIÈRE, Femmes savantes, II, 7, 531 ds Œuvres, éd. E. Despois et P. Mesnard, t. 9, p. 102); c) soupe au lait ) 1694 « soupe ou potage dans lequel le bouillon est remplacé par le lait » (Ac.); ) 1737 au fig. (CAYLUS, Hist. de Guillaume Cocher, p. 30: Ce mot là fit élever le mari comme un soupe au lait); 1919 adj. caractère soupe au lait (de qqn) (LÉAUTAUD, Journal littér., 3, p. 295); d) ) 1800 Soupes économiques (Petites affiches de Paris, n ° 271, 1[sup]er jour complémentaire an 8, 4458 ds QUEM. DDL t. 21); ) 1913 soupe populaire (MARTIN DU G., J. Barois, p. 372); e) ) 1861 « la nourriture, en tant que moyen de subsistance » (LABICHE, Vivac. cap. Tic, Paris, Michel Lévy, I, 4, p. 17); ) 1964 par ici la bonne soupe! (ROB.); f) 1874 à la soupe! (ZOLA, Conquête Plassans, p. 905); 3. a) 1855 « fourrage, vert ou sec, infusé dans l'eau et que l'on emploie dans l'alimentation du bétail » (LITTRÉ-ROBIN); b) 1926 « neige saturée d'eau » (La Montagne, n ° 196, nov., p. 297 ds QUEM. DDL t. 27). Du germ. occ. suppa « tranche de pain sur laquelle on verse le bouillon » (latinisé en « id. » vers 500, chez Oribase, v. FEW t. 17, p. 287b), mot de la famille du got. supôn « assaisonner », néerl. sopen « tremper » (v. FEW loc. cit.). Fréq. abs. littér.:1 534. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 772, b) 2 111; XXe s.: a) 3 724, b) 2 493.
DÉR. Soupier, subst. masc. a) Fam., région. Personne qui aime la soupe, mangeur de soupe. Ô l'âme en eau de vidange Qu'ont ces gros et gras soupiers! (RICHEPIN, Bombarde, 1899, p. 42). Empl. adj. La soupe, sous ses multiples formes, est demeurée, en France, l'aliment de base (...) d'une grande partie de la population, notamment dans les campagnes: nous sommes une nation résolument « soupière » (Ac. Gastr. 1962). b) Arg. milit., vieilli. Soldat chargé de la soupe. D'abord, je dirais: chacun dans la section sera graisseux et soupier à tour de rôle (BARBUSSE, Feu, 1916, p. 25). c) Bât. ,,Sorte de moellon qui s'emploie en maçonnerie`` (JOSSIER 1881). [supje], fém. [-]. 1res attest. a) 1571 [éd.] « mangeur de soupe » (M. DE LA PORTE, Épithètes, s.v. belistre: souppier), b) 1916 arg. (BARBUSSE, loc. cit.); de soupe, suff. -ier. Fréq. abs. littér.: 98.
BBG. — BLOCHW.-RUNK. 1971, p. 452. — BRÜCH (J.). Das Einfluss der germanischen Sprachen auf das Vulgärlatein. Heidelberg, 1913, p. 64. — HASSELROT 20e s. 1972, p. 101. — QUEM. DDL t. 19, 21, 31, 34.

soupe n. f.
ÉTYM. V. 1195; soppe, mil XII[sup]e; bas lat. suppa, soit d'orig. germanique suppa, de même racine que le gotique supôn « assaisonner », soit (Guiraud) de l'adj. suppus, de supinus « couché, renversé », la tranche de pain étant placée à plat dans la soupière et un liquide étant versé sur elle.
———
I Vx, dans des loc.
1 Vx. Tranche de pain que l'on arrosait de liquide chaud : bouillon (cit. 8), lait, vin… ou que l'on y trempait. — ☑ Loc. (XIIIe). Vx. Tailler des soupes; (mil. XVIe) tailler la soupe : couper du pain en tranches pour le mettre dans du bouillon.(1664). || Tremper la soupe : verser du bouillon sur les « soupes », ou tremper ces tranches de pain dans le bouillon.
0.1 La femme, armée d'une cuiller à pot, prenant de minces tranches de pain au fond d'une corbeille garnie d'un linge, trempait la soupe dans des tasses jaunes.
Zola, le Ventre de Paris, t. I, p. 37.
2 Loc. fig. a (1846, Balzac, la Cousine Bette, Pl., t. VI, p. 458). Vx. Tremper une soupe à qqn : le rosser, le battre.
b Vx. Ivre comme une soupe : imbibé de vin; ivre.
c (1752, mouillé). Mod. Trempé comme une soupe : très mouillé.
3 (1256, soupe en vin; soupe au perroquet, 1690). Vx ou régional. || Soupe au vin, soupe au perroquet, à perroquet : tranches de pain trempées dans du vin.
(XVe). || Soupe dorée : tranches de pain trempées dans du lait chaud, des œufs battus, puis frites et sucrées.Syn. : pain perdu, pain des anges, pains dorés (suivant les régions).
4 (Mil. XXe; trad. ital.). || Soupe anglaise : pâtisserie italienne.
———
II Mod.
A
1 (Mil. XIVe). Bouillon ou potage épaissi par des tranches de pain (soupes, I.), des aliments solides (généralement non passés). Garbure, minestrone, potage. || Soupe au pain. Panade. || Soupe aux légumes. || Soupe aux choux (cit. 2), aux poireaux, aux pommes de terre. || Soupe au riz, aux pâtes.Soupe verte : soupe aux herbes, aux poireaux, en hachis cuit au beurre.Soupe à l'oignon (cit. 1). Gratinée.Vx. || Soupe de Palestine, de topinambours (parfois appelés : artichauts de Jérusalem).(1845). Vx. || Soupe économique, soupe à la Rumford (du nom de Benjamin Thomson, comte de Rumford, philanthrope américain) : soupe aux légumes secs, très nourrissante, qui servit à la nourriture des indigents (→ Soupe populaire, ci-dessous).Vieilli. || Soupe de maçon, très épaisse.
0.2 Mangez-vous beaucoup, ma petite ? — Quelques onces de pain par jour, Monsieur, lui répondis-je, de l'eau et un peu de soupe quand je suis assez heureuse pour en avoir. — De la soupe ! morbleu, de la soupe !
Sade, Justine…, t. I, p. 28.
1 Vous restez fidèle aux traditions, madame, dit Pierquin en recevant une assiettée de cette soupe au thym, dans laquelle les cuisinères flamandes ou hollandaises mettent de petites boules de viande roulées et mêlées à des tranches de pain grillé, voici le potage du dimanche en usage chez nos pères !
Balzac, la Recherche de l'absolu, Pl., t. IX, p. 524.
2 Cette soupe était une espèce de puchero où le poisson remplaçait la viande et où le provençal jetait des pois chiches, de petits morceaux de lard coupés carrément, et des gousses de piment rouge, concessions du mangeur de bouillabaisse aux mangeurs d'olla podrida.
Hugo, l'Homme qui rit, I, II, II.
2.1 Au coin du trottoir, un large rond de consommateurs s'était formé autour d'une marchande de soupe aux choux. Le seau de fer-blanc étamé, plein de bouillon, fumait sur le petit réchaud bas, dont les trous jetaient une lueur pâle de braise.
Zola, le Ventre de Paris, t. I, p. 37.
Préparer, faire cuire la soupe. || Faire la soupe (→ Légume, cit. 3; ménager, cit. 8).Manger la soupe, sa soupe (→ Rare, cit. 12), avaler (cit. 4), lamper (cit. 3) sa soupe.Servir la soupe (→ Hôte, cit. 6). || La soupe est servie.Assiette, assiettée (cit. 2), écuelle, écuellée, bol de soupe. || Une pleine soupière de soupe fumante. || Louche pour servir la soupe.
Soupe à la viande.Soupe au poisson (cit. 9), soupe de poisson. Bouillabaisse. || La soupe du pêcheur (dans les menus de restaurants) : soupe au poisson.
2 (1694). || Soupe au lait : soupe ou potage dans lequel le bouillon est remplacé par du lait. — ☑ Loc. fig. (Mil. XVIIIe, s'élever comme une soupe au lait). Monter, s'emporter comme une soupe au lait : se mettre facilement et rapidement en colère (par allus. au lait qui, près de bouillir, monte et déborde). Emporter (s'); → Emportement, cit. 9. — (1867, Delvau). || Une soupe au lait : une personne irascible.Adj. (XXe). || Il, elle est un peu, très soupe au lait. Emporté. || Un tempérament soupe au lait.
2.2 (…) que voulez-vous ! Je suis vif, je m'échauffe, je m'emporte comme une soupe au lait (…) et je deviens d'une brutalité !
E. Labiche, Embrassons-nous, Folleville ! 2.
2.3 Marquée par les opinions de son mari, elle avait souvent avec son fils des désaccords qu'il ne soulignait pas mais dont elle s'agaçait. Si par hasard il la contredisait, elle prenait de brèves mais vives colères, car elle était soupe au lait.
S. de Beauvoir, Tout compte fait, p. 105.
3 Loc. fig. (du sens II., 1.). Cela vient comme un cheveu sur la soupe. Cheveu. — ☑ Fam. Marchand de soupe. Marchand. — ☑ Fam. La soupe à la grimace. Grimace. — ☑ Fam. Un gros plein de soupe : un homme très gros, ventru. — ☑ Fam. Cracher dans la soupe : faire mine de mépriser un avantage, critiquer ce qui procure des moyens d'existence.
4 (La soupe, symbole de la nourriture simple et substantielle). || « Je vis de bonne soupe, et non de beau langage » (cit. 13, Molière, 1672). — ☑ Loc. (XVIIIe). Vx. Manger la soupe, partager la soupe avec qqn : partager son repas. — ☑ Vx. Bouder sa soupe : refuser de manger; manquer d'appétit (→ ci-dessous, B.).
5 (1690). Spécialt. Soupe épaisse constituant le plat unique dans certains repas communautaires (armée, prisons). (milit.) Ratatouille (cit. 4), rata. || Corvée de soupe. || Distribuer la soupe (→ Roulante, cit. 1). || « La soupe est bonne ? », question traditionnelle de l'officier, du général qui inspecte l'ordinaire de la troupe. — ☑ Loc. prov. La soupe fait le soldat (→ ci-dessous, B.).
6 Par ext. Potage, bouillon. || Tu veux de la soupe ou des hors-d'œuvre ? || Allons, mange ta soupe ! || Si tu ne manges pas ta soupe, tu ne grandiras pas.REM. Le mot, par rapport à potage ou bouillon, est plus familier et connote la simplicité familiale; il reste très usuel dans l'usage enfantin. — Soupe instantanée. || Soupe en sachet. || « Il fait réchauffer une soupe-minute en sachet » (Actuel, févr. 1980, p. 84).
B (Du sens II., A., 4. et 5).
1 (XVIIe). Nourriture; repas. → 2. Marche, cit. 16; repos, cit. 4.
REM. Le mot a cette valeur figurée, du XVIIe au XIXe s., par référence à la fréquence de la soupe dans la nourriture quotidienne; de nos jours, plutôt par référence à une nourriture simple, rurale ou militaire (→ ci-dessus, II., A., 5.).
C'est l'heure de la soupe.À la soupe ! : à table ! (→ Même, cit. 28).
3 Cela devait ressembler à… rentrer à la maison pour la soupe (…) C'était une façon de s'exprimer, probablement; depuis plusieurs générations les pêcheurs eux-mêmes ne prenaient plus de soupe au repas de midi.
A. Robbe-Grillet, le Voyeur, p. 118.
(Av. 1914, Péguy). L'heure du repas. || Avant la soupe.
2 Loc. (Soupe économique, 1800, in D. D. L.). Soupe populaire : repas sommaire servi gratuitement aux indigents; établissement où on le sert (→ Larve, cit. 6); institution de bienfaisance qui distribue ces repas. || Il survit grâce à la soupe populaire et à l'Armée du Salut. || Des clochards qui fréquentent la soupe populaire.
3 (XXe; faire ses soupes « ses profits », où soupe a le sens I., mil. XVe). La nourriture, en tant que moyen de subsistance; par métonymie, manière, possibilité de gagner sa vie, gagne-pain. Bifteck, pain.
4 (…) le philosophe sérieux se demande avec angoisse à quoi servent ces phalanges improductives (…)
— À défendre la soupe des gens sérieux !
— La soupe !
E. Labiche, les Vivacité du capitaine Tic, I, 4.
Loc. fam. Par ici la bonne soupe !, les avantages matériels, l'argent.
———
III Fig. Liquides; substances pâteuses.
1 (Av. 1850, Balzac). Bouillie préparée pour la nourriture des animaux. Pâtée. → Chenil, cit. 2.
(1871). Agric. Fourrage vert ou sec, infusé à l'eau, qu'on donne au bétail pour l'engraisser.
2 Mélange aqueux; eau remplie d'impuretés en cas de pollution. || « Les installations classiques de purification et de filtrage seraient impuissantes contre la “soupe” rhénane » (le Nouvel Obs., 22 janv. 1973, p. 46).
3 Fam. Explosif (pâteux).
4 (1939, in Petiot). Neige saturée d'eau. || On ne pourra pas skier aujourd'hui : c'est de la soupe.
5 (V. 1980). Sc. || Soupe primitive, primordiale, soupe biologique : l'eau des océans, contenant les éléments nécessaires à l'apparition de la vie.
5 C'est à partir de la « soupe primordiale », produit d'une évolution chimique, que la vie est censée avoir pris naissance. Quelque complexe moléculaire a dû devenir capable d'utiliser certains des ingrédients de cette solution organique pour se reproduire.
François Jacob, le Jeu des possibles, 1981, p. 44.
DÉR. 1. Souper, 2. souper, soupier, soupière.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • soupe — soupe …   Dictionnaire des rimes

  • soupé — soupé …   Dictionnaire des rimes

  • soupe — SOUPE. s. f. Potage, sorte de mets, sorte d aliment fait de boüillon & de tranches de pain. Soupe maigre. soupe grasse. bonne soupe. soupe succulente. soupe à l oignon, aux navets, aux herbes, au lait, &c. soupe aux canards, aux moules, aux… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Soupe — (fr., spr. Suhp), die Suppe …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Soupé — (Souper, fr., spr. Suppeh), das Abend od. Nachtessen, s.u. Mahlzeit; Soupers d Auteuil (fr., spr. Supeh d Ohtölg), seine Abendessen mit geistreicher Unterhaltung, s.u. Auteuil …   Pierer's Universal-Lexikon

  • soupé — var. souper n.2 …   Useful english dictionary

  • soupe — (sou p ) s. f. 1°   Sorte d aliment fait de potage et de tranches de pain, ou même de pâtes, de riz, etc. et qui se sert avant tout autre mets. Une soupe au vermicelle. Une soupe à la semoule. Soupe grasse. Soupe maigre. Soupe aux herbes. Soupe à …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • soupe — nf., potage, brouet ; repas ordinaire du soir (commençant toujours par la soupe) ; repas du matin pris vers les huit heures : SPÀ (Albanais 001b PPA, Alby Chéran, Annecy 003, Balme Sillingy, Bellecombe Bauges, Bogève, Compôte Bauges, Cordon 083,… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • SOUPE — s. f. Potage, sorte d aliment, de mets ordinairement fait de bouillon et de tranches de pain, et qu on sert au commencement du repas. Soupe grasse. Soupe maigre. Soupe aux écrevisses. Soupe à la tortue. Soupe aux herbes. Soupe à la purée. Soupe à …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Soupe — La soupe, ou potage, est un aliment liquide, froid ou chaud, qui est généralement servi au début du repas. La plupart des soupes traditionnelles sont composées de légumes cuits, auxquels on ajoute parfois diverses viandes ou poissons et matières… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.